guatemala26072016

Ce sont des pièces archéologiques pré-hispaniques qui datent de plus de 1000 ans, et elles vont faire leur retour dans leur pays d’origine, à savoir le Guatemala, depuis les États-Unis. Un collectionneur privé détenait 7 artefacts appartenant à la civilisation maya, des pièces entrées illégalement sur le territoire nord-américain, il s’agit de pierres taillées originaires du pays d’Amérique centrale. C’est grâce à des informations fournies au FBI que ces pièces millénaires ont été remises vendredi dernier à Los Angeles aux autorités guatémaltèques via le Consulat.

C’est la personne en charge de la gestion du patrimoine de l’individu décédé qui a averti les forces fédérales doutant de l’origine de ces objets anciens. Le FBI estime que le collectionneur en question aurait acquis les pièces mayas durant les années 70 sans qu’il n’ait connaissance de l’illégalité de cet acte. Les vestiges ont été creusés dans le calcaire et portent des inscriptions.

Il incombe désormais au ministère guatémaltèque de la Culture d’ordonner une analyse « de leur taille, leur poids et la façon dont il faut les rapatrier »  vers cette nation d’Amérique centrale.

La culture maya a connu ses heures de gloire à l’époque classique (250-900 ans après Jésus-Christ) jusqu’à ce qu’elle connaisse une période de déclin durant la période post-classique (900-1200).

Cette riche culture s’étendait sur de vastes territoires qui couvrent maintenant le Guatemala, le Mexique, Belize, El Salvador ou encore le Honduras.

Les chercheurs évoquent la présence d’une iconographie maya et de symboles qui sont associés à un monstre terrestre ou de la montagne.
Le Consul Roberto Archila a remercié le FBI pour avoir récupéré une partie du patrimoine culturel du Guatemala, un bien précieux pour les Guatémaltèques. Le diplomate a précisé, dans un communiqué, que quatre pièces sont en relation avec le site archéologique El Peru et les trois autres appartiennent à Petexbatún, tous deux situés dans le département de Peten, à environ 400 km au nord de la capitale, à la frontière du Mexique et du Belize.

Le territoire latino-américain riche de son histoire, et des vestiges précolombiens qui constituent une source de convoitise, a vu son patrimoine souvent pillé, aujourd’hui les gouvernements se battent le plus souvent par la voie diplomatique pour récupérer ce qui, intrinsèquement, leur appartient. Ainsi, au mois de juin, le Guatemala a récupéré trois poteries datant d’entre 250 et 400 après Jésus-Christ qui se trouvaient en Allemagne.
Les pièces ont été livrées par le ministère fédéral des Affaires étrangères d’Allemagne à l’ambassade du Guatemala.

« Dans le cadre de la diplomatie culturelle et après plusieurs gestions coordonnées entre le Ministère de la Culture, l’ambassade du Guatemala et le ministère des Affaires étrangères, la restitution des trois objets archéologiques, à savoir trois récipients en céramique de la côte sud du Guatemala, appartenant à la période préclassique tardive ». On ne sait pas dans quelles circonstances les pièces guatémaltèques sont arrivées en Allemagne.

En Allemagne, la loi de restitution de biens cultuels s’applique uniquement aux objets qui sont entrés sur le territoire après mai 2007, lorsque la loi est entrée en vigueur.