perou07102016

Le Centre national d’images satellites du Pérou (Cnois) a publié les premières images reçues par SAT-1, le premier satellite lancé par le pays sud-américain. « le 15 septembre, le satellite a été lancé avec succès et, dès ce moment, il a subi une série de contrôles pour vérifier son bon fonctionnement », a déclaré le colonel Edgardo Barreto, le Cnois.

Le SAT-1 Pérou a été lancé à partir de la Guyane française, sur la base de Kourou, il avait été acquis par le gouvernement du précédent président de la République, Ollanta Humala et il est considéré comme le satellite le plus sophistiqué en matière d’observation en Amérique latine, car il a une résolution de 0,7 mètre et il est en mesure d’identifier les objets inférieurs à un mètre de diamètre.

PerúSAT-1, est le premier satellite péruvien d’observation de la Terre. Commandé en vertu d’un accord de coopération intergouvernementale entre le Pérou et la France, ce lancement est réalisé dans le cadre d’un contrat clé en main d’Airbus Defence and Space au profit de l’agence spatiale péruvienne CONIDA. PerúSAT-1 est un puissant satellite optique d’observation de la Terre à très haute résolution (précision de 0,7m).

Les premières images qui sont parvenues sont celles de la mine de cuivre à ciel ouvert Cuajone, à Moquegua, et de la ville de Ayacucho. Le Satellite a été construit par Airbus Defence and Space, à Toulouse, en France, avec la participation d’une équipe multidisciplinaire péruvienne à tous les stades du développement, de la conception aux phases de test du système de satellite, ainsi que l’installation de l’équipement au sol à Lima.

Les images seront utilisées par pratiquement tous les secteurs de l’État: l’agriculture, la prospection minière, l’urbanisme, l’environnement et les activités illicites telles que la surveillance du trafic de drogue, la sécurité intérieure et les catastrophes naturelles. « L’idée est qu’avec cette information, les organismes publics puissent prendre de meilleures décisions qui profitent au développement socio-économique du pays », a affirmé le chef du projet PerúSat-1 Henriquez.

Stéphane Israël, Président Directeur Général d’Arianespace, a déclaré : « Pour lancer ce projet essentiel pour son client péruvien, Airbus Defence & Space a fait confiance à Arianespace et au lanceur Vega, dont notre partenaire ELV est le maître d’oeuvre. Avec ce troisième contrat signé depuis le début d’année 2015, Vega s’impose à l’export à la fois sur le marché institutionnel et sur le marché commercial. Nous sommes très fiers et très honorés de servir le gouvernement du Pérou dans le cadre de ce futur lancement ».

La Commission nationale pour la recherche et le développement aérospatial (CONIDA) a détaillé sur sa page Facebook que les applications des satellites civils ont pour but d’observer la déforestation de la jungle, la pollution des cours d’eau; la surveillance des gisements de pétrole et de minéraux et même « le mouvement des plaques tectoniques qui provoquent des tremblements de terre au Pérou ».

Le satellite, qui a une durée de vie utile de 10 ans fonctionne sur orbite dans le sens de rotation du soleil à une altitude de 695 kilomètres et des images en haute résolution peuvent être également utilisées pour le contrôle des frontières, la lutte contre le trafic de drogue qui a souvent lieu dans des zones isolées et difficiles d’accès comme l’Amazonie, mais aussi à la planification urbaine.

Le lancement du satellite a été fait par le lanceur léger d’Arianespace, Vega, pour sa première mission commerciale, la fusée a également mis en orbite 4 satellites pour une filiale de Google.

Le satellite, d’une valeur de quelque 600 millions de dollars, va capturer des images à haute résolution, il est de dernière génération et est construit à base de carbure de silicium, avec un poids approximatif de 400 kilos.

« C’est un satellite très puissant (…) et c’est un grand pas pour le Pérou. Il dépasse tous les satellites d’Amérique latine avec l’une des meilleures résolutions au monde », a déclaré le directeur de l’Institut d’Astronomie de l’Université pontificale catholique du Pérou, Jorge Heraud, à la chaîne de télévision d’État du Pérou.

Le satellite est exploité par l’agence spatiale péruvienne CONIDA à une altitude de 695 kilomètres. Pérou SAT-1 a pris son envol avec le message « Kausachun Pérou » , ce qui signifie en langue native quechua, la plus parlée par les indigènes du pays andin « Hourra Pérou ! ». Cependant, même si le satellite est déjà fonctionnel, Pérou SAT-1, entre dans une période de test qui durera environ deux mois. Fin novembre, il sera mis en service et commencera à capturer des images en fonction des différentes demandes des entités de l’État.