argentine09102016

Nouvelle découverte archéologique en Amérique du Sud, des archéologues ont mis au jour un cimetière indigène en Argentine à proximité de la ville de El Sosneado, les scientifiques des musées de Malargüe et San Rafael ont révélé ce lieu au sud de Mendoza, quatorze squelettes ont été découverts, y compris celui d’une femme et de son bébé. Les dépouilles pourraient dater de 1200 ans. Cela fait maintenant 20 ans que les experts travaillent sur cette zone, et l’usage de la méthode du carbone quatorze avait déjà permis de déterminer l’âge de squelette excavés.

« Nous ne nous attendions pas à trouver autant de sépultures, et encore moins dans cet état de conservation », a affirmé le coordinateur scientifique du Musée régional de Malargue, Hugo Tucker, un membre de l’expédition qui est parvenu à sauver quatorze squelettes appartenant à un groupe de chasseurs-cueilleurs nomades qui se consacrait à l’exploitation des ressources locales telles que « les guanacos, les tatous, les œufs de ñandú ( Nandou,espèce d’oiseau d’Amérique du Sud, voisine de l’autruche)  le chinchilla et probablement la caroube ».

C’est au pied des Andes, près d’une source d’eau, que le cimetière a été trouvé près de la ville de El Sosneado à Malargüe. Gustavo Neme, un archéologue du Musée d’Histoire naturelle de San Rafael, a rapporté l’identification de deux formes d’inhumation : « Une primaire, qui est celle consistant à déposer les corps dans la terre après la mort, et une inhumation secondaire, très commune dans le sud de Mendoza, correspondant à une pratique selon laquelle les morts étaient enterrés et laissés là pendant un ou deux ans, puis ils étaient déterrés,  les dépouilles étaient nettoyées puis les os étaient mis dans un sac avant d’être transportés à l’endroit de leur enterrement final ».

En conséquence, « le premier type d’enterrement permet de retrouver des corps articulés, tandis que le second type présente un mélange d’ossements disjoints », a déclaré le chercheur.
Les travaux d’excavation ont mis au jour, outre, les dépouilles, un collier de roche polie, des cristaux de quartz et autres pierres, et quelques os peints à l’ocre rouge. Les matériaux récupérés seront déposés au Musée régional de Malargüe et au Musée d’histoire naturelle de San Rafael pour analyse par le personnel technique des deux institutions.

À partir de maintenant, l’objectif est de mener des études pour établir l’âge exact des corps, savoir combien de temps cet endroit a été utilisé comme cimetière, et établir les caractéristiques du mode de vie des habitants précolombiens, les causes de décès… Après analyse, les dépouilles seront remises à leur communauté d’origine.
El Sosneado est une terre riche en vestiges de cultures qui ont marqué les temps anciens, les archéologues tâchent d’en apprendre plus sur leurs coutumes et en particulier sur la présence de ces peuples autochtones qui ont eu une activité importante dans la province du Sud cuyana.