mexique07112016

Une frise remontant à la culture maya, considérée comme « la plus spectaculaire » mise au jour jusqu’à présent, a été découverte sur le site archéologique d’Holmul, située dans le département du Petén, dans le nord du Guatemala, à la frontière avec le Mexique et le Belize, les scientifiques ont fait l’annonce de ce nouveau vestige préhispanique aux médias.

L’archéologue guatémaltèque Francisco Estrada-Belli, directeur du site d’Holmul a affirmé lors d’une conférence de presse que cette frise de deux mètres de large s’étend sur huit mètres de long, elle a été trouvée dans une pyramide maya datant de 600 apr. J.-C., décorée avec images des dieux et de hauts dignitaires et une longue inscription.
Il a expliqué que la découverte s’est produite alors que les experts étaient à la recherche de preuves concernant la présence d’un éventuel tombeau d’exception.

D’ailleurs, deux tombes ont bel et bien été trouvées, l’une d’elles comprenait la dépouille d’un individu accompagné de 28 récipients en céramique et d’un masque en bois, ce qui laisse à supposer que le défunt fût, de son vivant, un gouverneur ou un membre de l’élite Holmul. Dans l’une des tombes, une pièce mystérieuse d’une dynastie maya connue sous le nom « tête de serpent », pour son emblème, a été trouvée. La tête de serpent était le symbole d’une famille qui a régné pendant des générations à environ 161 kilomètres au nord des tombes récemment découvertes à Holmul. Cette famille de « rois serpent » était en guerre avec un clan rival.

Les archéologues, dirigés par Francisco Estrada-Belli, directeur du site d’Holmul et professeur à l’Université de Tulane, ont trouvé sur place un tibia humain avec une inscription et des dents incrustées de jade et, peut-être la pièce la plus importante, ce pendentif de l’un des rois Serpent avec la légende: « Ceci est le collier de Yuknoom Ti Chan, le roi sacré de Kaanul ». Ces deux tombes sont en parfait état  et ont échappé aux pillages et cela constitue un véritable trésor archéologique pour les passionnés de civilisations préhispaniques.

Les enquêtes pour déterminer l’identité de ce personnage et le contexte historique dans lequel il a évolué ont permis que la frise décorative soit découverte dans le bâtiment associé à la tombe.
Estrada-Belli a révélé que la composition en stuc comprend trois personnages principaux qui portent de riches atours de plumes de quetzal et de jade, assis sur la tête du monstre « witz »(la première montagne dans la création du monde maya), le personnage central est identifié comme Och Chan Yopaat en raison des signes hiéroglyphiques présents et au texte sous l’image.

« Les archéologues ont découvert une frise géante dans la ville maya enterrée d’Holmul, située dans la région guatémaltèque du bassin de Petén. Elle représente une scène mythologique avec un roi assis en haut sur la tête d’un esprit de la montagne maya, elle mesure 8 mètres sur deux, c’est l’un des exemples les mieux conservés de son genre. Elle présente de la peinture rouge encore visible, du bleu, des sentiers verts et jaunes, et seul un minuscule fragment est cassé, un petit coin endommagé près du sol », a affirmé le spécialiste.
Marcello Canuto archéologue spécialisé dans la civilisation maya, a déclaré : « Cela nous donne une idée de la façon dont se composaient les ornements dans ces lieux que nous excavons ».

Estrada-Belli a rapporté que les premières recherches sur le site d’Holmul (période classique et préclassique), ont été faites en 1909, et il a fallu attendre les années 2000, faute de budget, pour reprendre les fouilles.