argentine01122016

Sept Argentins sur dix boivent au moins une fois du maté par jour, un chiffre éloquent donné hier (30 novembre) à l’occasion de la journée internationale du maté, symbole de la culture argentine !

Pour les Argentins, le maté est bien plus qu’une infusion: c’est un geste d’amitié et de convivialité à partager et un témoignage vivant de cultures anciennes. Sa consommation est en effet antérieure à la colonisation. Certaines sources de l’époque témoignent que ce sont les natifs guaranis qui ont introduit cette pratique en Europe. A cette époque, la feuille de maté avait une grande valeur, c’était un élément de culte avec une fonction rituelle, mais aussi une monnaie d’échange avec les autres peuples préhistoriques comme les Incas ou les Charrúas.

Les indigènes guaranis utilisaient la feuille de maté pour élaborer une boisson, tandis que l’arbre était la plante par excellence, considéré comme un don des divinités. Pour les natifs, consommer un liquide confectionné avec les feuilles revenait à « boire la forêt elle-même », un acte symbolique attestant du lien qui unit l’homme à son environnement naturel.

Les conquistadores venus d’Espagne ont appris des Guarani les vertus mêmes de le yerba maté, et ils ont fait en sorte que sa consommation soit étendue au point d’organiser un trafic intense depuis leur région d’origine à l’ensemble de la vice-royauté du Río de la Plata. La boisson fit fureur en Espagne, ce qui poussa d’ailleurs les missionnaires Jésuites du Paraguay à implanter la culture des arbres qui produisaient les feuilles tant convoitées, d’où son nom de « thé des Jésuites ».

La culture du maté cause des dommages à la forêt humide. Des projets visant à trouver des méthodes de production moins néfastes pour la faune locale sont donc à l’étude. De petites entreprises régionales cherchent aussi à développer une culture durable et un commerce équitable de la plante.

Le yerba maté est également cultivé en Inde : il s’inscrit dans la pharmacopée ayurvédique pour le traitement des maux de tête, de l’asthénie, de la dépression nerveuse et des douleurs rhumatismales.

Aujourd’hui, l’on sait que le maté possède des vertus sur la santé en raison de ses propriétés antioxydantes et énergisantes, sa consommation sous forme de maté traditionnel, fournit aux corps des quantités de polyphénols, de vitamines B, de potassium, de magnésium et de xanthines. Pour rappel, les polyphénols agissent comme un puissant antioxydant ce qui contribue à augmenter les défenses naturelles et à réduire le vieillissement cellulaire, un élixir de Jouvence made in Argentina !

En Argentine « autour de 256 millions de kilos de yerba mate sont consommés chaque année » selon l’Instituto Nacional de Yerba Mate (INYM), « ce qui implique une consommation annuelle par habitant d’environ 6,4 kilos, l’herbe est présente dans plus de 90% des ménages ».

L’Argentine est le premier producteur mondial de yerba mate, et en Argentine la plante est cultivée seulement (pour son climat et son sol rouge) dans les provinces de Misiones et nordeste de  Corrientes .

En ce qui concerne les régions où le yerba maté est la plus consommé, il s’agit du littoral argentin et du centre du pays. L’INYM a présenté une étude où il découle que le maté apparaît en premier lieu comme un trait identitaire de l’Argentine, l’herbe se place « comme un élément d’identification de l’argentinidad » à 38 %, suivie de la viande (37 %), puis du dulce de leche et du vin (11 % et 7 % respectivement).

« Il y a de grandes différences dans notre pays concernant notre maté, cela est dû à l’eau. Les matés parfaits sont exécutés sur la côte, parce qu’ils ont une eau très noble où toutes les caractéristiques de l’herbe sont mises en évidence. D’autres régions ont aussi une très bonne eau, mais la perception du maté est liée à la régionalité de l’eau », a déclaré Valeria Trapaga, première sommelière de maté au monde.

Le maté est traditionnellement infusé et servi dans une gourde faite d’une calebasse creuse (appelée elle-même un maté) et est bu avec une paille en métal appelée bombilla.

Avec le thé et le café, le maté fait partie des trois principales boissons contenant de la caféine les plus consommées dans le monde. Le maté est ainsi fortement consommé en Argentine, au Chili, au Paraguay, en Uruguay, au Brésil méridional et en Bolivie. En dehors de l’Amérique du Sud, sa consommation reste inférieure à celle du thé ou du café, mais elle est en forte progression ces dernières années.