perou17012017

La fréquentation des six musées archéologiques de Lambayeque a enregistré en 2016 une augmentation de 13% par rapport à l’année précédente, des informations données par le ministère de la Culture.

Le chiffre global de visiteurs est estimé à 357 642 visiteurs nationaux et étrangers qui ont visité les musées Bruning, Tumbas Reales de Sipán, Sican, Sicán, Túcume, Huaca Rajada, Sipán et Chotuna-Chornancap.
En outre, le site archéologique ayant reçu le plus grand nombre de visiteurs est celui de Tumbas Reales consacré à la majestueuse découverte du Seigneur de Sipán, avec une fréquentation qui a augmenté de 17% par rapport à l’année précédente, avec un total de 184 717 touristes.

« L’augmentation du nombre de visiteurs en 2016 par rapport à l’année précédente nous satisfait, car cela reflète le succès du travail des musées, nous continuerons à conduire sur cette période des actions pertinentes pour mener à bien notre mission, à savoir la préservation et la diffusion d’un passé riche que nous hébergeons », a déclaré le directeur de l’Unité d’exécution Naylamp, Alberto Vega Risco.

Pendant ce temps, le Musée National Bruning et le musée de Tucume ont accueilli respectivement 38 485 et 55 869 visiteurs, le site du musée Chotuna – Chornancap a également augmenté reçu davantage de visites par rapport à 2015 avec la venue de 4292 personnes.

Le musée Tumbas Reales de Sipán conserve et expose les insignes funéraire de Sipán, le premier grand dirigeant de l’ancien Pérou, dont la magnificence est comparée à celle de Toutankhamon, en 2016, elle a reçu 184 000 visiteurs, chiffre le plus élevé depuis ses quatorze années de fonctionnement, un essor qui ravit l’archéologue péruvien, Walter Alva, directeur du musée et découvreur du tombeau en 1987. Alva a déclaré que Le Musée de Sipán, situé dans la ville de Lambayeque, à environ 860 km au nord de Lima, est l’un des plus actifs du Pérou et son activité n’a cessé d’augmenter au cours de ces dernières années.

Le Seigneur de Sipán constitue une grande découverte archéologique, et l’ampleur de ces traces précolombiennes ont été portées à la connaissance du monde par la revue National Geographic, mais après 30 ans de connaissance de son existence, le personnage historique et le contexte dans lequel il a évolué continuent d’attirer les Péruviens, ils constituent entre 85% et 90% des visiteurs. La prestigieuse revue National Geographic avait d’ailleurs qualifié la découverte comme étant « la tombe la plus riche » du Nouveau Monde.

Les touristes nationaux qui ont visité le musée au cours de l’année 2016 ont été évalués à 169 825 personnes, ce qui représente 90% des visiteurs, la majorité en provenance des régions de Lima, Cusco, La Libertad, Arequipa, Cajamarca, Amazonas, Ancash, Junin, Piura, Puno, entre autres villes. Pendant ce temps, 14 892 touristes étrangers ont été comptabilisés, ce qui représente 10% du total des visiteurs, ils sont majoritairement venus d’Italie, de France, d’Hollande, Espagne, du Danemark, d’Allemagne, de Suisse, du Canada, des États-Unis, du Brésil; ainsi que des pays d’Asie et d’Amérique du Sud.

Au sein du musée, les visiteurs peuvent trouver des bijoux et ornements d’or, d’argent et de cuivre découverts il y a 29 ans. Les visiteurs admirent la richesse des bijoux, des emblèmes, des coiffes et des ornements d’or de ce haut dignitaire de la culture Mochica, un monarque qui a vécu il y a 1700 ans. Grâce a tous les éléments retrouvés, on sait aujourd’hui que seigneur fut enterré voici quelque 1700 ans dans un cercueil en bois avec tous les biens dont il avait eu besoin de son vivant, et il était accompagné dans l’éternité par son entourage : ses trois jeunes épouses, un enfant, un chef militaire, un porte-étendard, un domestique, le soldat gardien du tombeau, deux lamas et un chien l’ont accompagné dans l’au-delà.

Les artisans mochicas étaient particulièrement habiles pour modeler le métal et ont confectionné des céramiques dont le raffinement fascine toujours, encore aujourd’hui leurs poteries sont considérées comme les plus délicates de l’Amérique préhispaniques.

De nouvelles salles d’exposition seront ouvertes en 2017 pour continuer à recevoir plus de touristes nationaux et étrangers, le musée a été inauguré le 8 novembre 2002 et l’enceinte est devenue la référence historique et touristique d’une région et une culture. La culture Moche ou mochica a émergé vers le premier siècle et s’est développée jusqu’au VIIe siècle après Jésus-Christ le long d’une étroite frange désertique du littoral nord du Pérou, entre l’océan Pacifique et la cordillère des Andes.