perou30012017

De nouvelles découvertes ont été faites sur le site historique de la Huaca de la Lune dans le nommé « Patio Uhle ». Le bâtiment religieux et rituel appartenant à la culture Moche est situé dans la province de Trujillo (région de la Libertad) et s’inscrit dans le cadre de la Ruta Moche (Route Moche, une route touristique qui commence dans la ville de Trujillo, là où s’érigeait autrefois le siège du pouvoir de la culture Moche avec les Temples du Soleil et de la Lune, puis elle continue à travers une série de lieux qui faisaient partie des royaumes Mochica et Chimu; traverse le nord du Pérou principalement à travers les départements de La Libertad et Lambayeque, à environ 600 à 750 km au nord de Lima).

Il s’agit d’une nouvelle plate-forme cérémonielle située sur les pentes de la Huaca de la Luna, elle aurait été utilisée pour des activités rituelles funéraires.

Les codirecteurs du projet archéologique Huacas del Sol et la Luna, Santiago Uceda Castillo et Ricardo Morales Gamarra ont dévoilé le mur oriental qui présente des traces d’un décor en relief du « Degollador » et du « Démon Marin », sur le mur sud on dénombre 21 représentations de serpents; trois tombes ont été excavées (elles auraient appartenu à des membres de l’élite mochica, sept restent à creuser à l’avenir), et 20 puits dont la fonction est encore à étudier. En effet, cela reste un mystère à résoudre parce que les puits sont vides, mais des prélèvements ont été effectués pour une analyse chimique. S’agissait-il de greniers alimentaires par exemple ?

Enrique Zavaleta Paredes a déclaré que la zone a été utilisée comme un espace d’une bataille rituelle par l’élite Moche en l’an 650 apr. J.-C. , les deux personnages sont représentés pour la première fois ensemble en plein combat.

« Ils sont connus comme le Dieu des montagnes (le Degollador) et le Démon marin qui s’affrontent lors d »un combat. On voit que le gagnant est le Dieu Degollador par sa position dominante, au-dessus », a affirmé le chercheur Zavaleta Paredes.

Le personnage du Dieu qui décapite est représenté chez les Mochicas avec, dans l’une de ses mains, « un tumi » ou hache, tandis que dans l’autre, il tient une tête humaine attrapée par les cheveux. Compte tenu des caractéristiques de cet être aux hautes fonctions magico-religieuses, il est évoqué comme celui qui, en personne, réalise des sacrifices humains. Il est pour cette raison le Dieu andin de l’eau, il est dépeint avec un visage démoniaque.

Il était l’un des dieux punisseurs, le plus craint et le plus adoré à la fois, aussi appelé le bourreau, Ai Apaec était adoré comme le dieu créateur, protecteur de la culture Moche, un fournisseur d’eau, de nourriture et de triomphes militaires.

Le codirecteur Ricardo Morales Gamarra a déclaré que cette zone sera la première étape du circuit touristique définitif Huaca de la Luna proposé aux visiteurs, le Plan Copesco approuvé par le Ministère du Commerce extérieur et du Tourisme (MINCETUR).

La Huaca de la Luna se situe à un demi-kilomètre de la Huaca del Sol. Ce bâtiment se distingue pour avoir des temples qui ont été superposés et construits à des époques différentes. Il a une base carrée de 87 mètres de chaque côté et une hauteur de 21 mètres. La plate-forme supérieure comprend une série de pièces décorées avec des figures humaines rose.

La Huaca de la Luna propose d’intéressantes peintures murales de 5 couleurs (blanc, noir, rouge, bleu et jaune), qui ont été obtenues à partir de minéraux; et des reliefs où l’on peut contempler, la divinité Moche appelée Ai Apaec ou Dieu Égorgeur. Il est également possible de visiter les cours et les places cérémonielles datant de plus de 1500 ans.

La culture Moche s’est développée entre 100 et 700 après Jésus-Christ dans l’actuelle province de Trujillo. Les experts ont pu en apprendre davantage sur cette culture préinca grâce à la découverte de tombes de puissants dirigeants qui se trouvaient en parfait état de conservation comme celle du Señor de Sipán et bien sûr la Señora de Cao.

La Huaca de la Luna est une construction en adobe composée de trois plates-formes et de trois espaces délimités par de hautes murailles. Des figures qui ont été préalablement découvertes représenteraient déjà la divinité appelée Ai Apaec ou encore dieu décapité. Ce sanctuaire est à 500 mètres d’un autre sanctuaire important, la Huaca del Sol, construite plus tard par les Mochicas.