Il y a plus de cinq siècles, la dépouille d’un loup âgé d’environ huit mois a été enterrée avec soin par les Mexicas sous le règne d‘Ahuitzotl (1486-1502) dans un espace carré en pierre avec des pièces de métaux précieux et des couteaux de silex. L’inhumation a été réalisée près du Zocalo, la place principale de Mexico, où le Templo Mayor avait été érigé et où il était resté inchangé pendant plusieurs siècles.

L’inhumation, fruit d’un acte sacrificiel, a été découverte plus de 500 ans après grâce aux fouilles menées par l’archéologue Leonardo López Luján, elles ont été révélées cet été par David Alire García, ce tombeau a été découvert sur les lieux du Templo Mayor, très proche de la capitale Zocalo, en avril 2017, et c’est le 7 juillet que l’archéologue responsable des recherches, Leonardo Lopez, a officialisé la mise au jour lors d’une conférence de presse.

Les prêtres aztèques ont placé le corps de l’animal sur une couche de couteaux en silex, c’était le rituel habituel au quinzième siècle, avant la Conquête espagnole. Selon les croyances préhispaniques, le loup représente Huitzilopochtli, le dieu du soleil et la guerre, les anciens habitants du Mexique considéraient l’animal comme un guide pour que les guerriers déchus ayant péri puissent traverser la rivière dangereuse qui représentait l’inframonde à savoir le monde souterrain. Le loup retrouvé par les archéologues était orné d’une ceinture de coquillages en provenance de l’océan Atlantique, a déclaré le spécialiste López, l’animal était par ailleurs positionné la tête vers l’ouest.

Les chercheurs de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) ont fait mention de fines pièces d’or avec lesquelles le canidé était recouvert, la qualité et la quantité des ornements restent très inhabituelles. Le tombeau comprenait 22 pièces complètes, dont des boucles d’oreilles, une bague nasale et un  pectoral en forme de disque, des pièces d’orfèvrerie toutes composées de fines feuilles d’or, a confirmé l’archéologue responsable de l’excavation, Leonardo López. Les experts ont évoqué la rareté des «bijoux» qu’ils considèrent comme « les plus grands et les plus raffinés découverts en plus de 40 ans d’excavations » au Zocalo de Mexico (CDMX).

L’animal a été enterré sous le règne d‘Ahuítzotl, un guerrier redouté et sanglant qui a mené une politique étrangère expansionniste, dominant pratiquement tout le centre et le sud du Mexique, y compris le Guatemala. López Luján, directeur du projet Templo Mayor de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire, a déclaré à l’agence Reuters qu’il faudrait analyser les côtes de l’animal pour valider la théorie selon laquelle le cœur de la victime aurait pu être extrait à l’occasion de l’acte rituel « à savoir dans le cadre d’un sacrifice pour honorer les dieux ».

Selon les informations, la découverte a été rendue possible par la démolition de deux bâtiments occupant le site depuis plus de deux décennies. Les spécialistes estiment que le Templo Mayor a pu atteindre la hauteur d’un bâtiment de 15 étages avant d’être détruit avec le reste de la capitale aztèque, Tenochtitlan, après la conquête du Mexique en 1521.