Mexique, exemple de cenote

Que ce soit sur la terre ferme, au cœur d’une végétation dense, ou dans les profondeurs sous-marines, des trésors archéologiques plus exceptionnels les uns que les autres sont découverts sur le territoire latino-américain qui abrite les vestiges d’un passé multiple.

La culture maya est particulièrement mise à l’honneur ces derniers mois, les découvertes archéologiques relatives à cette civilisation pré-hispanique se multiplient, aux impressionnantes ruines identifiées récemment au Guatemala, il faut maintenant ajouter les découvertes qui ont eu lieu à Sac Actun (situé à Tulum, dans l’état de Quintana Roo, au Mexique), le plus grand système de grottes sous-marines au monde.

Ce lieu d’exception, situé au Mexique, est une véritable porte vers les différentes sociétés du passé et promet de fournir des informations fondamentales pour comprendre davantage l’esprit maya, à savoir leurs croyances et leur mode de fonctionnement .

Les chercheurs continuent de travailler sur ce système de grottes profondes. Grâce à ce travail, nous pouvons désormais connaître l’existence de vestiges millénaires que l’on peut découvrir sur les photographies fournies par l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH).

14 années de recherche et d’exploration ont été nécessaires pour accéder à Sac Actun, qui est déjà considéré comme la plus grande grotte sous-marine du monde.

La longueur de ce labyrinthe aquatique est de 347 kilomètres, bien que les experts estiment qu’il pourrait atteindre 1 000 kilomètres. La découverte la plus importante a eu lieu il y a des mois, quand les spécialistes ont constaté que la grotte de San Actun  avait une connexion inconnue jusqu’à présent avec celle de Dos Ojos.

L’exploration de la plus grande grotte aquatique du monde a permis de localiser 248 cenotes qui servent d’entrée et 198 contextes archéologiques, dont la plupart contiennent des vestiges de la civilisation maya, tel que rapporté par le National Geographic.

C’est à la mi-janvier que des chercheurs mexicains ont annoncé qu’ils avaient découvert le Système Sac Actun, la plus grande grotte inondée du monde s’étendant sur 347 kilomètres de long. En réalisant des fouilles approfondies, ils ont aussi confirmé avoir découvert des os d’une faune disparue il y presque 2,6 millions d’années, une mise au jour qui fait de ce site aquatique le site archéologique submergé le plus important trouvé jusque-là.

Situé au nord-est de la ville balnéaire de Tulum, ce labyrinthe abritait les ossements d’une faune Pléistocène disparue, couvrant les dernières glaciations, comme un gomphothère (une famille éteinte d’animaux ressemblant à des éléphants), des paresseux géants, des mammifères plantigrades de 2,59 millions d’années, des informations données par le ministère de la Culture.

« L’endroit possède 248 cenotes, c’est-à-dire des entrées, et 198 contextes archéologiques. Je pense que c’est fascinant, c’est certainement le site archéologique submergé le plus important au monde », a déclaré Guillermo de Anda, directeur de projet du Grand Aquifère Maya (GAM) et chercheur à l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (INAH).

Outre les vestiges de la dernière période glaciaire, dans ces grottes appelées « zones d’interaction », on répertorie également des vestiges architecturaux mayas, comme des murs, des couloirs, des sanctuaires, des temples ou encore des escaliers.

« Sous l’eau, des témoignages de l’activité rituelle ont été identifiés, par exemple, des céramiques, des récipients de type ‘venenera’, des encensoirs, des os humains et des crânes avec un degré stupéfiant de conservation», ont affirmé les experts.

Les chercheurs estiment que Sac Actun, qui, en langue maya, signifie « grotte blanche », constitue un contexte archéologique complet, ce qui lui confère un intérêt d’autant plus important, ce lieu reflète plus de 10 000 ans d’histoire.

Dans certains cenotes, on trouve même des traces d’offrande céramique et des fragments d’encensoir représentant probablement Ek Chuak, le dieu maya du commerce, qui était également perçu comme le dieu du cacao. Dans ce lieu, l’escalier qui y donne accès résiste encore au temps qui passe, et à l’érosion :

« Nous sommes confrontés à un phénomène très clair d’appropriation des espaces sacrés, des cenotes, des grottes et des modifications apportées par les anciens Mayas ».

Les experts ont dit qu’ils ont également trouvé des restes humains vieux de plus de 9 000 ans: un squelette complet, mais dispersé, et ils ont également localisé un crâne. Tous ces vestiges seront étudiés et pourront révéler des informations sur les premiers humains de ce continent.

Le projet du « Grand Aquifère Maya », soutenu, entre autres, par l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire, continue son développement, puisque ses dirigeants sont convaincus qu’il reste encore beaucoup à trouver dans ces lieux.

À la fin de la dernière période glaciaire, l’eau se trouvait à 100 mètres sous la surface actuelle. Cependant, la fonte des glaces a complètement changé la situation et l’eau a inondé toutes les cavités qui étaient sèches, permettant de préserver les restes qui s’y trouvaient.

Le Directeur adjoint de l’archéologie sous-marine à l’INAH, Roberto Junco, a annoncé qu’il chercherait à promouvoir la déclaration du système Sac Actun comme bien mixte auprès des Nations Unies, pour une validation sur la liste du patrimoine naturel et culturel de l’UNESCO.

Cependant, la pollution et le développement pourraient menacer l’eau cristalline des grottes. Certains des cenotes qui servent aujourd’hui d’entrées au système de grottes sont utilisés par les touristes pour nager ou faire de la plongée sous-marine. Et la route principale dans l’état côtier de Quintana Roo, dans les Caraïbes, passe au-dessus du système subaquatique, or certaines sections de cette route ont souffert d’affaissement.